12 petits mois

Création novembre 2017 | Public de 3 à 8 ans | Dossier  Vidéo Vidéo 2

Comment aborder avec les enfants la notion du temps ? Observer les transformations liées aux changements de la nature, c’est aussi prendre conscience du temps qui passe. Pour chaque saison, derrière l’écran, un petit conte en théâtre d’ombre : au printemps « La petite poule rousse », en été « La baleine du corbeau », en automne « Nuit d’épouvante au château de Kersullec », et en hiver, « La moufle ». En avant-scène, un grand arbre se transformera au gré des saisons. Une comédienne-chanteuse, interprètera les différents âges de la vie, fera le lien entre les contes.

Mise en scène, scénographie : Florence de Andia et Françoise Rouillon ••• Texte et Dialogues : Béatrice Gernot ••• Décors : Clémence Letellier ••• Ombres : Florence de Andia ••• Création musicale et chansons : Roméo Agid ••• Costumes : Elsa Depardieu ••• Régie technique : Pascal Messer ••• Chargée de diffusion : Corinne Foucouin ••• Avec : Florence de Andia, Françoise Rouillon Comédienne, Chanteuse : Charlotte Popon ••• Co-production: Le Théâtre de l’Ombrelle, le Théâtre Gérard Philipe de Bonneuil-sur-Marne ••• Avec le soutien de : le centre culturel le Forum de Boissy- Saint-Léger, le centre culturel Sidney Bechet de Garches, la ville de La Chapelle St Luc, la salle Jacques Brel de Champs-sur-Marne, l’Association CREA d’Alfortville, l’Espace Charles Vanel de Lagny-sur-Marne, L’ENTREDEUX scène de Lésigny.
Contact diffusion : Corinne Foucouin 06 12 96 25 96. corinne.foucouin@gmail.com

La pluie des Mots

Création 2016 | Pour enfants de 3 à 8 ans | Dossier Vidéo 

Spectacle d’ombres, danses et musiques africaines. Inspiré du livre de Yves Pinguilly (Editions Autrement Jeunesse). Un conte poétique, proche de la nature, qui nous ouvre les yeux sur l’illettrisme et l’inégalité entre les filles et les garçons.

Aïssatou vit dans un village du Sénégal. Comme toutes les petites filles du village, elle ne va pas à l’école. Toute la journée elle aide sa mère à préparer les repas, chercher de l’eau ou du bois, ranger la case, laver du linge. Tout en travaillant, elle rêve et imagine des yeux dans les feuilles des arbres. Un matin elle reçoit une lettre de son oncle et demande à ses quatre frères de la lui lire. Mais ils se moquent d’elle et tentent de lui voler son beau timbre. Alors Aïssatou s’enfuit vers l’Est jusqu’au grand arbre baobab, un arbre fétiche, dans lequel elle décide de rester. Un jour, un lion, chassé par des hommes du village, se cache près de l’arbre…

Aïssatou est une petite fille pleine de poésie. Les éléments de la nature, le vent, le ciel étoilé, la pluie, deviennent pour elle des êtres vivants. Grâce à son imagination et sa détermination, elle réussit à aller à l’école et apprendre à lire comme ses frères. Pour atteindre son but, elle traversera des situations difficiles qui lui permettront de grandir et vivre enfin heureuse dans son village.

Le dispositif scénique. Trois écrans de peau tendue sont les supports des ombres. L’espace est ouvert entre les écrans, ce qui permet d’une part la circulation de la comédienne danseuse devant et derrière les ombres, d’autre part de deviner la présence des manipulatrices.

Les ombres. Ce conte est mis en image par des ombres corporelles, des marionnettes d’ombre et des décors très colorés. Le passage d’un écran à l’autre rythme le spectacle, certaines séquences se déroulant sur deux ou trois écrans simultanément.

Le texte, les sons, la musique. Devant les écrans, une comédienne conteuse fait le lien avec le public . Elle raconte l’histoire et incarne les voix des différents personnages. Egalement danseuse, elle évolue dans l’espace et sonorise les scènes grâce à une structure musicale.

Les couleurs. Les décors et les costumes sont inspirés des couleurs vives des tissus des vêtements, des paysages, des peintures traditionnelles sur verre du Sénégal.

Une création de Colette Blanchet et Françoise Rouillon, qui, après avoir exploré les univers de l’Asie, avec «Le Prince tigre» ,«Lian et le Lotus», et de la Russie avec «Vassilissa la Belle», poursuivent leur chemin en nous invitant à voyager au Sénégal, avec la collaboration de Yves Pinguilly.

Presse

Mise en scène: Colette Blanchet et Françoise Rouillon ••• Textes et dialogues: Yves Pinguilly ••• Décors et graphisme: Nadia Gaborit ••• Scénographie: Jean Opfermann ••• Conception des ombres et jeu: Colette Blanchet et Françoise Rouillon ••• Comédienne, danseuse, chanteuse: Julie Kpéré, en alternance avec: Jocelyne Vignon••• Avec des rythmes, chansons et musiques sénégalaises ••• Régisseur, son et lumières : Boussad Ladjajd
Coproduction: Théâtre de Corbeil-Essonnes. Avec le soutien de l’ADAMI Société des artistes-interprètes, l’Espace Coluche de la ville de Plaisir, le Théâtre Gérard Philipe de Bonneuil-sur-Marne, La Maison des Arts de Créteil, la Ville de Boissy-Saint-Léger, la Ville de Lesigny et le Théâtre de Corbeil-Essonnes
Contact diffusion: Corinne Foucouin 06 12 96 25 96. corinne.foucouin@gmail.com, 4 bis, rue Pierre Curie – 93600 Aulnay-sous-Bois

Vassilissa la Belle

Création 2013 | Public à partir de 5 ans | Durée 50mn | Dossier Fiche technique | Conditions financières  Vidéo

D’après le conte traditionnel russe Baba Yaga, théâtre d’ombres et musique.

Depuis trois jours et trois nuits, il neige, dans le petit village de Podrovine, en pleine campagne russe. Dans sa maison, Vassilissa, une petite fille de huit ans, chante en jouant avec sa poupée. Sa mère lui a donné cette poupée au moment de sa mort, pour la protéger «prends en bien soin et surtout ne la montre à personne, à personne…». Vassilissa est confiée à une voisine dure et jalouse, qui dans l’espoir de se débarrasser de la fillette, l’envoie chercher du feu chez Baba Yaga, sorcière des ténèbres de la forêt. Grâce à l’aide de sa poupée, Vassilissa surmonte la tyrannie de ces deux femmes et affronte les embûches et les épreuves… Un jour, le directeur de l’opéra, qui passe sous ses fenêtres, l’entend chanter et lui propose de l’engager…

Une fable sur la construction de la personnalité…

Le dispositif scénique. Au centre, un grand écran de calque, sur lequel sont projetées les silhouettes d’ombres corporelles, est encadré par deux voiles de tulle. Derrière ces tulles, deux musiciens, une flûtiste et un violoncelliste avec leurs divers instruments, apparaissent et disparaissent au gré de l’histoire et des lumières. Au-dessus, en contre point avec le grand écran et ses grandes ombres, s’inscrivent des petits écrans pour petites figurines et paysages.

Deux conteurs musiciens. Les musiciens racontent l’histoire et accompagnent le spectacle en jouant de la flûte, du violoncelle, du bandonéon, de la balalaïka, des percussions, des cloches,… La création musicale s’inspire de musiques russes traditionnelles. Les dialogues des scènes sont enregistrés.

Des silhouettes noires et des décors en couleur. Les personnages: Vassilissa, Baba Yaga… sont joués soit par des acteurs masqués à la gestuelle stylisée, soit par des marionnettes. Les séquences sont découpées en gros plans sur l’écran central, plans éloignés sur les deux écrans latéraux. Ce dispositif permet de jouer sur les différentes échelles des ombres ainsi que sur la simultanéité des situations. Des décors très colorés sont peints sur des plaques de verre et projetés sur les écrans. Leur transparence dans la lumière donnent vie à la beauté des paysages et à la diversité des ambiances russes.

Mise en scène: Colette Blanchet et Françoise Rouillon ••• Conception des ombres et jeu: Colette Blanchet et Françoise Rouillon ••• Textes et dialogues: Michèle Sigal ••• Décors et graphisme: Nadia Gaborit ••• Création musicale: Ninon Valder ••• Musiciens, conteurs: Ninon Valder (flûtiste, bandonéoniste) et Clément Petit (violoncelliste) ••• Vidéos: Louis Blanchet Kapnist ••• Régisseur technique: Pascal Messer ••• Co-production: Théâtre de Corbeil-Essonnes et la Communauté d’Agglomération Seine Essonne
Contact diffusion: Corinne Foucouin 06 12 96 25 96. corinne.foucouin@gmail.com
Contact artistique: Colette Blanchet 06 14 67 20 83. coletteblanchet23@gmail.com

Lian et le lotus

Création 2012 | Public de 3 à 8 ans | Durée 50mn | Dossier | Fiche technique | Conditions financières |Vidéo

lian-lotus

Adaptation du livre de Chen Jiang Hong, édité à l’Ecole des Loisirs.

En Chine dans un village de pêcheurs… Monsieur Lo est un pêcheur solitaire. Sa jonque est sa maison. Il est triste, cette année le poisson est rare. Un jour pour le remercier de lui avoir fait traverser le lac, une vieille, vieille femme lui offre quelques graines de lotus. Monsieur Lo les plante, et voilà qu’un champ de lotus pousse en l’espace d’une nuit. Entre les pétales d’une fleur apparaît une petite fille c’est Lian.

Lian née d’une fleur de lotus trouve un père Au début du conte Lian est presque irréelle, elle saute, vole avec sa fleur de lotus, vient en aide au pêcheur et aux habitants et transforme la réalité en un monde merveilleux. Mais bien vite ses pouvoirs suscitent la convoitise. Face au danger, elle réfléchit et devient une petite fille plus réelle confrontée à la cupidité des princes et à la cruauté des hommes. Dans cette épreuve elle perd ses dons magiques. Elle est maintenant une simple petite fille comme les autres mais elle est heureuse d’avoir trouvé un bien plus précieux: un père.

Une musicienne conteuse Entourée de ses divers instruments de musique, elle crée l’univers sonore de l’histoire et fait le lien entre le public et les images. La chanson du spectacle, déclinée sur différents modes et rythmes, vient régulièrement ponctuer le déroulement de l’histoire. Sa mélodie est simple, propre à être reconnue et mémorisée par les enfants.
Le Garrahand et les cloches wah wah (percussions  mélodiques) ont été choisi pour leurs sonorités évoquant un milieu aquatique, le bord du lac des 5 couleurs où vit Mr Lo.  Un grand bodhran (tambour sur pied) accentue les passages plus dramatiques du récit.  Les flûtes, de diverses tessitures, accompagnent Lian, ses voyages et ses transformations.
En prolongement du spectacle, des ateliers conte et musique, ainsi que des ateliers de théâtre d’ombre sont organisés, voir rubrique Stages et Ateliers.

Ombres et couleurs Sur une toile blanche entourée de fleurs géantes, de grandes silhouettes apparaissent. Elles sont interprétées par des acteurs portant des masques. Sur un petit écran en forme de fleur, des marionnettes jouent en contrepoint avec le grand écran. Parfois les deux écrans jouent côte à côte présentant simultanément un plan général et un détail en gros plan, comme deux regards sur une même action. Les fonds sont des décors projetés, peints à la main à l’encre sur du verre ou du plastique transparent. Ils sont inspirés des peintures traditionnelles d’Asie. Les couleurs sont vives et profondes. Des lampes mobiles permettent aux ombres de se multiplier, de se déformer.

Mise en scène: Colette Blanchet ••• Conception des ombres: Françoise Rouillon et Colette Blanchet ••• Décors et graphisme: Nadia Gaborit ••• Musique originale: Marjolaine Ott ••• Musicienne et conteuse: Marjolaine Ott ou Fanny Menegoz ••• Jeu: Françoise Rouillon ou Colette Blanchet ••• Co-production: Théâtre de Corbeil-Essonnes et la Communauté d’Agglomération Seine Essonne
Contact diffusion: Corinne Foucouin 06 12 96 25 96. corinne.foucouin@gmail.com, 4 bis, rue Pierre Curie – 93600 Aulnay-sous-Bois

Karanlıkta Fil

Oluşturma 2008 | 6 yaşından itibaren | Süresi 60 dk | Video özeti |

Nasrettin Hoca fıkralarından ve Mevlana Celaleddin Rumî‘ninhikâyelerinden derlenerek yorumladığımız ve gölge tiyatrosu biçiminde sahnelediğimiz « Karanlıkta Fil » (l’Eléphant dans le Noir) adını tașıyan oyunumuzu Ocak 2008’de gösterime sunmaya bașladık.

Oyunumuzda 6 hikâye anlatıyoruz. Geniș tiyatro perdesi üzerine oyuncuların gölgelerinin yansıtılmasıyla anlatılan hikâyelere, sahne üzerinde yer alan türk müzisyenlerimiz geleneksel balkan ve türk ezgileriyle eșlik ediyor.
Gölge tiyatrosuyla anlatılan her hikâye, İstanbul’da çekimleri yapılmıș bir filmden sahnelerle açılıyor. Bu filmde geçimini sağlamak amacıyla küçük ișlerde çalıșan İstanbullu bir çocuk yașam ve insanlar üzerine sorular soruyor. Bilge Amca çocuğun sorularına geleneksel hikâyeler anlatarak cevap veriyor.
Oyunumuzu sahneye koymamızdaki temel amaç, fransız çocuklarına bu hikâyeler, mizah ve geleneksel müzik aracılığıyla Türkiye’nin genel atmosferini tanıtmaktı. Fransa’da u sene oyunumuzu 80 kez sahneledik. Oyunumuzu Türkiye’de de sahnelemeyi istiyoruz. Türkiye’de herkesin bildiği bu hikâyeleri fransız bir bakıș açısıyla anlatmamızın ve gölge oyununu geleneksel Karagöz’den çok farklı bir teknikle kullanmamızın türk seyircisinin ilgisini çekeceğini düșünüyoruz.
Oyunumuz 6 yașından itibaren çocuk seyirciye ve yetișkinlere hitap etmektedir.
Oyunumuzu festivaller, okullar, üniversite binaları, devlet tiyatrosu ve özel tiyatro salonları gibi farklı mekânlarda sahnelebiliriz. Oyunumuzu fransızca bilen çocuklar ve yetișkinler için orjinal dilinde oynayabilir, diğer türk seyircileri için de oyunun çevirisini yaparak sahneleyebiliriz. Türk oyuncuların oyuna katılımlarıyla ya da alt yazıyla çeviri gerçekleștirilebilir

Rejisör: Sylvie Vallery-Masson ••• Gölgeler ve  oyuncular : Colette Blanchet, Françoise Rouillon et Sylvie Vallery-Masson ••• Müzik: Mahmut Demir, Jaşko Ramic ••• Dekor tasarimi: Florence de Andia, Nadia Gaborit ••• Isik : Pascal Messer ••• Grafiker : Marz & Chew ••• Produktör : Théâtre de l’Ombrelle ••• Ortak prodüktör: OMMASEC-Le Colombier (Magnanville), Centre Culturel Jacques Prévert (Villeparisis), Théâtre Berthelot (Montreuil), Les Lilas en scène (Les Lilas), Bassot & Associés •••  Conseil général des Yvelines, Adami ve Spedidam destegiyle.

The Elephant in the dark

Creation 2008 | Audience from 6 years old | Length 60 mn | Factsheet | Video clip |

Show of shades, music and video for children from 6 years old and to every public, inspired by the Persian stories of the poet Rumi and by the stories of Nasreddin Hodja, emblematic figure of the Asia Minor in Far East, famous for its « subtle silly remarks »

The ambition of this show is to embark the young public on a « Trip » into the East, to the ground of humor, wisdom and ambience typical of the East. Nasreddin never travels without his donkey! His wrangles with his animal make him endorse all roles, from the sage to the idiot. From the meeting of silly remarks and paradoxes, emerge the first-rate revelations on human condition. A young boy from Istanbul, supporter of small jobs, settles questions on life, on knowledge and on men. These traditional stories are a way to answer him. They are told on Shadow Theater and introduced each time by short pictures filmed in Istanbul, inscribing them so in a context of modernity: the ferryman and the scholar. The lion and the scholars. Elephant in the dark. The casserole. The river. The stolen donkey. The ten donkeys. The bet. Nasreddin, his son and his donkey. The structure of this show is based on a repetitive regular schema, (projection – debate – story – intermezzo), which regulates the scenario.

Production
The big screen (6m x 4m) in the middle of the stage is the place where the tale is told and the support to reflect shades (big concealed bodily silhouettes, puppets, decors, light and color tricks). Some video sequences locate meetings and debates of the young person and the adult in an actual ambience.

Music and interpreters Three actresses play the part of the shades and manipulations: In an ambience of music saloon located in front of the screen, two musicians, Turkish and Serbian, Mahmut Demir and Jaşko Ramic accompany the show. During the stories, they regulate shades and dialogues, create sound effects, in intermezzos they develop a musical game. They play oriental traditional instruments, saz, kémanché, accordion, davul, bendir which they introduce to the children at the end of show. The show can receive a public of 400 children. Created at the beginning of 2008 in the Paris area, the show then embarked on a tour in France to perform about 80 presentations.

Director: Sylvie Vallery-Masson ••• Shadows and handling: Colette Blanchet, Françoise Rouillon et Sylvie Vallery-Masson ••• Original music: Mahmut Demir, Jaşko Ramic ••• Scenary: Florence de Andia assistée de Nadia Gaborit ••• Stage manager: Pascal Messer ••• Graphic design: Marz & Chew ••• Production: Théâtre de l’Ombrelle ••• Joint production: OMMASEC-Le Colombier (Magnanville), Centre Culturel Jacques Prévert (Villeparisis), Théâtre Berthelot (Montreuil), Les Lilas en scène (Les Lilas), Bassot & Associés ••• With the support of Conseil général des Yvelines, Adami and Spedidam.

Qui sommes-nous?

Membres: Florence de Andia, Colette Blanchet, Françoise Rouillon, Sylvie Vallery-Masson

coulisses-perso

Le Théâtre de l’Ombrelle est une compagnie jeune public, qui réalise des spectacles de théâtre d’ombre et musique depuis 1981. C’est un théâtre issu de la danse, du graphisme et d’un travail sur la lumière et la couleur.

Ombre – Elles 1975. C’est la rencontre de trois femmes: Florence de Andia, Colette Blanchet, Sylvie Vallery-Masson qui ont mis en commun leurs expériences de graphistes et de danseuses, pour expérimenter à partir d’une technique traditionnelle, le théâtre d’ombre. Depuis 1977, elles créent et jouent des spectacles, principalement en direction du jeune public. En 1986, Françoise Rouillon, marionnetiste et comédienne rejoint la compagnie.

Une expression visuelle et poétique Dès le début, le Théâtre de l’ombrelle s’inspire de formes artistiques contemporaines (danse, peinture, cinéma…) tout en gardant la fraicheur et la naïveté propres au théâtre d’ombre. Plusieurs disciplines se mélangent: danse, mime, travail sur les masques, les marionnettes, les objets, recherches graphiques et plastiques avec les décors, jeux de lumière et de couleur.

Un théâtre gestuel Le Théâtre de l’Ombrelle tire son originalité de son travail corporel en ombre. Il se situe à mi-chemin entre le théâtre de marionnettes et le théâtre d’acteur. C’est un théâtre gestuel: en ombre, chaque geste est signifiant et la forme, c’est-à-dire l’attitude du corps, est essentielle. Derrière l’écran, le comédien «donne vie» à son ombre, la «fait jouer», conscient de cette ambiguité de perçoit le spectateur: est-ce une marionnette ou est-ce une personne vivante? La toile devient pour l’acteur ce support magique qui permet à la fois de se voir et d’être vu du public. Le plus souvent, les comédiens utilisent des masques: les masques d’ombre sont plats, de profil; leur utilisation développe une technique de jeu particulière. Les silhouettes sont projetées sur des grands écrans au sol; les projecteurs sont placés à trois ou quatre mètres derrière les écrans, leur permettent de grossir, de rapetisser, d’apparaître, de disparaître… L’originalité des décors, la diversité des sources lumineuses, créent une atmosphère particulière.

La lumière apprivoisée L’émotion naît de la qualité «magique» de la lumière, qui sort des ténèbres pour donner vie à des ombres animées. Tamisée, colorée, masquée, dédoublée, déplacée, décomposée… elle devient une «matière artistique» vivante et expressive qui permet de suggérer des ambiances, de composer des tableaux, de créer des illusions. Et la magie opère; les ombres se déforment et se morcellent, les objets se dédoublent, se métamorphosent. La réalité bascule dans l’imaginaire.

Un théâtre d’ombre musical Pour chaque spectacle, un compositeur conçoit la musique et les ambiances sonores en fonction des situations et des images. Ce travail se fait au fur et à mesure de l’élaboration du spectacle, en étroite collaboration avec la compagnie. Pour le «Chevalier au Lion», trois chanteurs a cappella interprètent en avant-scène des chants polyphoniques composés par Anne-Marie Deschamps. Pour «Ouvre-moi la porte», un pianiste devant les écrans, interprète des morceaux d’Erik Satie et accompagne les images dans l’esprit des projections du cinéma muet. Dans «Chasseurs de lune», un joueur de kora, musicien et conteur, Lamine Konté, nous transporte au plus profond de l’Afrique. Dans «Mozart, côté cours», une chanteuse lyrique et un pianiste font découvrir aux enfants la musique de ce jeune prodige. Enfin, dans «L’éléphant dans le noir», des musiciens turc et serbe, présents sur scène entrainent les spectateurs dans une ambiance musicale balkanique et orientale.

Who are we?

Members: Florence de Andia, Colette Blanchet, Françoise Rouillon, Sylvie Vallery-Masson

coulisses-perso

The «Théâtre de l’Ombrelle» is a company for a children audience and produces music and shadow theatre shows since 1981. Their acting stems from dance, graphic arts and from their work about light and colour.

A shadow show by three women In 1975, it is the meeting of three women: Florence de Andia, Colette Blanchet, Sylvie Vallery-Masson… who share their common experience of graphics and dancing to experiment on the shadow show based on traditional techniques. Since 1977 they have created and played many shows especially for the young audience. In 1986, Françoise Rouillon, puppeteer and actress joined the troupe.

A visual and poetic expression From the beginning, the Théâtre de l’Ombrelle has taken its inspiration from contemporary art forms (including dancing, painting, cinema…) while they kept the freshness and the naivety which has always been the attribute of the shadow theatre. Many arts are mixed: dancing, mimic, masks, puppets, objects, graphics and plastics merge with the sets and the colourful play of lights..

A theatre of gestures The Théâtre de l’Ombrelle takes its originality from its physical shadow work, which can situated between shadow show and the actor theatre. It is a gestural theatre: in the shadow show, each gesture is significant and the shape, which is the physical attitude, is essential… Behind the curtain, the actor «gives life» to his shadow and makes it «play», aware of this ambiguity that the audience feels: Is it a puppet or a living persona? The curtain becomes a magic support for the actor which allows him to see himself and to be seen by the audience. Most of the time, the actors use flat masks, sideways. Using them develops a particular play technique, a specific gesture. The silhouettes are projected on big screens which touch the ground. The projectors situated three or four meters behind the screen (which allow increasing or decreasing the size of the silhouette) appear or disappear. The diversity of the light sources develops various possibilities of plays and special effects.

The domesticated light The emotion is created by the «magic» dimension of the light, which comes out of the darkness to give life to animated shadows. Soft, coloured, masked, divided, moved, dissolved… It becomes artistic matter, a life and expression which allow creating atmospheres, composing scenes, conjuring illusions. And the magic works… the shadows stretch and divide themselves, the objects split and change. The illusion becomes true.
A musical shadow theatre For each show, a composer creates the music and the sound atmosphere regarding the situations and images. This musical work has been elaborated step by step in collaboration with us while we were creating the show.
For the show Le Chevalier au Lion (The Knight and the Lion), three a cappella singers interpret in front of the scene some polyphonic songs from the Middle-Age.
For the show Ouvre-moi la porte (Open me the door), a pianist in front of the screen interprets music from Erik Satie and accompanies the images like a silent film.
In Chasseurs de Lune (Moon Hunters), a Kora player, musician and storyteller (Lamine Konté) takes us on a journey to the deep Africa.
In Mozart, côté Cours (Mozart scenic side), a lyric singer and a pianist make children discover the music from the prodigy composer.
In the show Rue du Soleil (Sun Street) two jazz musicians give the rhythm during the show.
L’Eléphant dans le Noir (The Elephant in the dark) leads us into the festal universe of the music of Turkey and the Balkans.

Main spectacles of the Théâtre de l’Ombrelle
1976 Le Voyage de Tête en l’air (The journey of Scatter-brain)
1978 Le Chat noir (The black cat)
1981 Vol de Lune (Moon flight)
1983 Le Petit Chaperon noir (Little black Riding Hood)
1985 Histoire de mauvais temps (Bad weather story)
1988 À toi de chanter, mignonne (« Your turn to sing, sweety »)
1990 La planète Kokomo (The Kokomo Planet)
1992 Pas si bêtes ! ( Not so silly !)
1994 Le Chevalier au Lion (The knight and the lion)
1997 Ouvre-moi la porte (« Open me the door »)
1999 Chasseurs de Lune (Moon hunters)
2000 Mozart, côté cours (Mozart, courtyard side)
2003 Rue du Soleil (Sun Street)
2005 Blanche et son ombre (Blanche and her shadow)
2008 L’éléphant dans le noir (The elephant in the dark)
2009 Le Prince Tigre (The Tiger Prince)

The stages
The shows of Theatre de l’Ombrelle have been played at many festivals, national theatres, theatres and cultural centres in France and abroad wiith a capacity from 300 to 600 children.
In Paris and its surroundings
NANTERRE (92) Théâtre des Amandiers, Maison de la Musique, Salle Daniel Ferry– CRETEIL (94) Maison des Arts – ASNIERES (92) studio Théâtre – DAMMARIE LES LYS (77) Salle Raymond Bussières– NEUILLY sur Seine (92) Le Village -LE KREMLINBICETRE (94) Espace Culturel André Malraux– TREMBLAY EN France (93) Centre Culturel Aragon– ARGENTEUIL (95) Salle Jean Vilar– SAINT CYR L’ECOLE (78) Théâtre Gérard Philippe – VILLEPARISIS (77) Centre Culturel Jacques Prévert Jacques Prévert– VINCENNES (94) Centre Culturel Georges Pompidou– PARIS (75) Théâtre National de Chaillot– RUEIL MALMAISON (92) Théâtre André Malraux– NOISY LE GRAND (93) Espace Michel Simon– VILLEJUIF (94) Théâtre Romain Rolland– BAGNEUX (92) Théâtre– VILLIERS SUR MARNE (94) Ecole Municipale de Musique– LA VERRIERE (78) Le Scarabée– RAMBOUILLET (78) Le Nickel– LA CELLE SAINT CLOUD (78) Théâtre Municipal– ARNOUVILLE LES GONESSE (95) Espace Charles Aznavour– GENTILLY (94) Salle des Fêtes– SAINT MAUR (94) Théâtre Municipal– MAISONS-ALFORT (94) NECC– COULOMMIERS (77) La Sucrerie– LE BLANC MESNIL (93) Forum Culturel– CHATENAY MALABRY (92) La Piscine GIF SUR YVETTE (91) la Terrasse– ETAMPES (91) Espace Jean Carmet – BOULOGNE BILLANCOURT (92) Théâtre– ERMONT (95) Théâtre Pierre Fresnay– NOGENT SUR MARNE (94) Palais des Arts– SCEAUX (92) Les Gémeaux– LE VESINET (78) Théâtre– THORIGNY SUR MARNE (77) le Moustier– SAINT MAURICE (94) Théâtre du Val d’Osne – SAINT GERMAIN EN LAYE (78) Salle Jacques Tati– PARIS (75) Cité de la Musique, Musée Dapper, Espace Paris Plaine, Théâtre du Jardin d’Acclimatation– SAINT CLOUD (92) les 3 Pierrots – BRIE COMTE ROBERT (77) Salle des Fêtes– BEZONS (95) Théâtre Paul Eluard—HERBLAY (95) Théâtre Roger Barat – AUBERVILLIERS (93) Espace Rencontres–ANTONY (92) Théâtre Firmin Gémier– VILLIERS LE BEL (95) Espace Marcel Pagnol– FRANCONVILLE (95) Théâtre Jean Cocteau– SAINT OUEN (93) Espace 1789—FONTENAY AUX ROSES (92) Théâtre des Sources– THIAIS (94) Théâtre René Panhard– CORBEIL ESSONNES (91) Théâtre– ISSY LES MOULINEAUX (92) Halle des Epinettes– CHARENTON (94) Théâtre des Deux rives– SEVRES (92) SEL– EVRY (91) L’Agora scène nationale – etc….
Provincial towns
BEAUVAIS (60) TEB- LISIEUX(14) Théâtre– DEAUVILLE (14) Salle Elie de Brignac – SAINT-ETIENNE(42) L’Esplanade – COULAINES (72) Salle des Sources– SAINT-MALO (35) Théâtre Chateaubriand– CAHORS (46) auditorium– CASTRES (81) Théâtre municipal– VERNON (27) Espace Philippe Auguste– DUNKERQUE (59) Le Bateau Feu – Scène Nationale. SETE (34) Théâtre – Scène Nationale- SAINT PRIEST (69) Centre culturel Théo Argence – ALBERTVILLE (73) Le Dôme Théâtre– TOURS (37) Grand Théâtre– PERTUIS (84) Théâtre Municipal– BERNAY (27) Salle Le piaf– EVREUX (27) Scène nationale– LOUVIERS (27) Salle des Fêtes– GISORS (27) Salle des Fêtes– ARMENTIERES (59) Le Vivat -THOUARS (79) S’Il vous plait Théâtre– TOURCOING (59) Tréteaux Jeunes Publics– BLAGNAC (31) Chapelle Saint Exupère, Odyssud – VITRE (35) Centre Jean Duhamel– MORNANT (69) Espace culturel– BORDEAUX (33) Opéra, Grand Théâtre– VILLENEUVE SUR LOT (47) Centre Culturel– SAINT AVOLD (57) Centre culturel– AIX EN PROVENCE (13) Théâtre du Jeu de Paume – NANCY (54) Espace Poirel – BLANQUEFORT (33) Les Colonnes– TARBES (65) Le Parvis– DREUX (28) Théâtre– MIRAMAS (13) Théâtre la Colonne– APT (84) Salle des Fêtes– LA FERTE BERNARD (72) Centre Culturel Athéna– LA NORMA (73) Maison la Norma– CLAMECY (58) Salle Polyvalente – ISSOUDUN (36) Centre Culturel Albert Camus– LA CIOTAT (13) Théâtre du Golfe– ARCACHON (33) L’Eden– TOURS (37) Grand Théâtre– ST JEAN DU MONT (85) Palais des Congrès– CHERBOURG (50) Le Trident– LILLE (59) Le Grand Bleu– CHARLEVILLE-MEZIERES (08) Festival International de la Marionnette– ROCHEFORT (17) Théâtre de la Coupe d’Or– COLMAR (68) Théâtre Municipal– DOUAI (59) L’Hippodrome– ANGERS (49) Centre Jean Vilar– POITIERS (86) Centre Beaulieu– ARQUES (62) CC Balavoine– LOUDEAC (22) Palais des Congrès– ERMENONVILLE (60) Parc JJ Rousseau– BASTIA (20) Théâtre Municipal– AMBOISE (37) Théâtre Beaumarchais etc.
In the world
AUSTRALIA – MALAISIA – WEST AFRICA – EAST AFRICA – NEW-YORK – SWISS (Meyrin, Lausanne, La Chaux de Fonds)- ITALIE (…) TURKEY(Istanbul, Ankara, Adana, Izmir), …

Scènes

Les scènes qui nous ont accueillis

Public du Centre George Pompidou

Les spectacles du Théâtre de l’Ombrelle ont été joués dans des festivals, des théâtres, centres culturels, en France et à l’étranger: Italie, Belgique, Suisse, Australie, Malaisie, Etats-Unis, Afrique, Turquie…

En Île-de-France
ANTONY (92) Théâtre Firmin Gémier
ARGENTEUIL (95) Salle Jean Vilar
ARNOUVILLE-LES-GONESSE (95) Espace Charles Aznavour
ASNIERES (92) Studio Théâtre
AUBERVILLIERS (93) Espace Rencontres
BAGNEUX (92) Théâtre
BEZONS (95) Théâtre Paul Eluard
BOULOGNE-BILLANCOURT (92) Théâtre
BRIE-COMTE-ROBERT (77) Salle des Fêtes
CHARENTON (94) Théâtre des Deux rives
CHATENAY-MALABRY (92) La Piscine
CORBEIL-ESSONNES (91) Théâtre
COULOMMIERS (77) La Sucrerie
CRETEIL (94) Maison des Arts
DAMMARIE LES LYS (77) Salle Raymond Bussières
ERMONT (95) Théâtre Pierre Fresnay
ETAMPES (91) Espace Jean Carmet
EVRY (91) L’Agora scène nationale
FONTENAY-AUX-ROSES (92) Théâtre des Sources
FRANCONVILLE (95) Théâtre Jean Cocteau
GENTILLY (94) Salle des Fêtes
GIF-SUR-YVETTE (91) La Terrasse
HERBLAY (95) Théâtre Roger Barat
ISSY-LES-MOULINEAUX (92) Halle des Epinettes
LA-CELLE-SAINT-CLOUD (78) Théâtre Municipal
LA COURNEUVE (93) Centre Culturel Jean Houdremont
LA-VERRIERE (78) Le Scarabée
LE-BLANC-MESNIL (93) Forum Culturel
LE-KREMLIN-BICETRE (94) Espace Culturel André Malraux
LE-VESINET (78) Théâtre
MAISONS-ALFORT (94) NECC
NANTERRE (92) Théâtre des Amandiers, Maison de la Musique, Salle Daniel Fery
NEUILLY-SUR-SEINE (92) Le Village
NOGENT-SUR-MARNE (94) Palais des Arts
NOISY-LE-GRAND (93) Espace Michel Simon
PARIS (75) Théâtre National de Chaillot, Cité de la Musique, Musée Dapper, Espace Paris Plaine, Théâtre du Jardin d’Acclimatation
RAMBOUILLET (78) Le Nickel
RUEIL-MALMAISON (92) Théâtre André Malraux
SAINT-CLOUD (92) Les 3 pierrots
SAINT-CYR-L’ECOLE (78) Théâtre Gérard Philipe
SAINT-GERMAIN-EN-LAYE (78) Salle Jacques Tati
SAINT-MAUR (94) Théâtre Municipal
SAINT-MAURICE (94) Théâtre du Val d’Osne
SAINT-OUEN (93) Espace 1789
SCEAUX (92) Les Gémeaux
SEVRES (92) SEL
THIAIS (94) Théâtre René Panhard
THORIGNY-SUR-MARNE (77) Le Moustier
TREMBLAY EN France (93) Centre Culturel Aragon
VILLEPARISIS (77) Centre Culturel Jacques Prévert Jacques Prévert
VILLEJUIF (94) Théâtre Romain Rolland
VILLIERS-LE-BEL (95) Espace Marcel Pagnol
VILLIERS-SUR-MARNE (94) Ecole Municipale de Musique
VINCENNES (94) Centre Culturel Georges Pompidou
etc

En Province
AIX-EN-PROVENCE (13) Théâtre du Jeu de Paume
ALBERTVILLE (73) Le Dôme Théâtre
AMBOISE (37) Théâtre Beaumarchais
ANGERS (49) Centre Jean Vilar
APT (84) Salle des Fêtes
ARCACHON (33) L’Eden
ARMENTIERES (59) Le Vivat
ARQUES (62) CC Balavoine
BASTIA (20) Théâtre Municipal
BEAUVAIS (60) TEB
BERNAY (27) Salle Le piaf
BLAGNAC (31) Chapelle Saint-Exupère, Odyssud
BLANQUEFORT (33) Les Colonnes
BORDEAUX (33) Opéra, Grand Théâtre
CAHORS (46) auditorium
CASTRES (81) Théâtre municipal
CHARLEVILLE-MEZIERES (08) Festival International de la Marionnette
CHERBOURG (50) Le Trident
CLAMECY (58) Salle Polyvalente
COLMAR (68) Théâtre Municipal
COULAINES (72) Salle des Sources
DEAUVILLE (14) Salle Elie de Brignac
DOUAI (59) L’Hippodrome
DUNKERQUE (59) Le Bateau Feu – scène nationale
DREUX (28) Théâtre
ERMENONVILLE (60) Parc Jean-Jacques Rousseau
EVREUX (27) Scène nationale
GISORS (27) Salle des Fêtes
ISSOUDUN (36) Centre Culturel Albert Camus
LA CIOTAT (13) Théâtre du Golfe
LA-FERTE-BERNARD (72) Centre Culturel Athéna
LA NORMA (73) Maison la Norma
LILLE (59) Le Grand Bleu
LISIEUX(14) Théâtre
LOUDEAC (22) Palais des Congrès
LOUVIERS (27) Salle des Fêtes
MIRAMAS (13) Théâtre la Colonne
MORNANT (69) Espace culturel
NANCY (54) Espace Poirel
PERTUIS (84) Théâtre Municipal
POITIERS (86) Centre Beaulieu
ROCHEFORT (17) Théâtre de la Coupe d’Or
SAINT-AVOLD (57) Centre culturel
SAINT-ETIENNE (42) L’Esplanade
SAINT-JEAN-DU-MONT (85) Palais des Congrès
SAINT-MALO (35) Théâtre Chateaubriand
SAINT-PRIEST (69) Centre culturel Théo Argence
SETE (34) Théâtre scène nationale
TARBES (65) Le Parvis
THOUARS (79) S’il-vous-plait Théâtre
TOURCOING (59) Tréteaux Jeunes Publics
TOURS (37) Grand Théâtre
VERNON (27) Espace Philippe Auguste
VILLENEUVE-SUR-LOT (47) Centre Culturel
VITRE (35) Centre Jean Duhamel
etc

À l’étranger
TURQUIE (Ankara, Istanbul, Adana, Izmir, Konya)
SUISSE (La Chaux-de-Fonds, Lausanne, Meyrin)
ITALIE (Rome, Milan, Gênes, Cercia, Naples, Florence, Ravenne, Stagia Senese)
USA (N.Y.)
AUSTRALIE, MALAISIE, AFRIQUE Ouest et Est.
etc

Presse

Extraits

presse

«Le Théâtre de l’Ombrelle est une sorte de théâtre sur grand écran qui arrive à donner l’illusion du cinéma. Tout de suite on est épaté par les tours de passe-passe qui font jaillir de drôles de formes, qui dansent, chantent, se colorent, grossissent, rapetissent…»
Télérama

«La magie du théâtre d’ombre envoûte le spectateur qui erre entre réalité et fiction…»
Paris Normandie

«Une aventure admirablement illustrée sur grand écran par des ombres colorées, changeantes et rapides, et par des danses africaines. On est subjugués par le génie du Théâtre de l’Ombrelle qui donne ici toute la mesure de sa technique un peu mystérieuse. Quel souffle!»
Télérama

«Sublime! “Chasseur de lune”, un conte de Grimm transposé en terre africaine, est un spectacle d’ombre exceptionnel, avec une dimension musicale de la plus grande importance.»
Le Parisien

«Ténèbre enchantées. Derrière un écran de toile blanche, un jeu de silhouettes ingénieux et d’une indicible poésie. Le Théâtre de l’Ombrelle plonge les frères Grimm en plein cœur de l’Afrique. Le fruit de cet audacieux métissage s’appelle “Chasseur de lune”, merveilleux itinéraire tout en délicates silhouettes, illusions ingénieuses et percussions, dont l’acteur principal -outre nos quatre Ombrelles qui officient derrière l’écran blanc- est un captivant griot, Lamine Konté.»
Aden Le monde

«Irréprochable côté musique, le spectacle est une petite merveille. Alternant récits et dialogues, scènes illustrées ou simplement chantées, un spectacle au rythme joyeux et soutenu…»
Figaroscope

«Le Théâtre de l’Ombrelle détourne les fables de La Fontaine avec un art subtil : du théâtre d’ombre dans lequel des acteurs viennent s’immiscer… le tout rythmé par des moments de jazz. Une merveille.» «Acteurs masqués, marionnettes, ombres et silhouettes: le Théâtre de l’Ombrelle a enrichi sa technique habituelle (l’ombre) et choisi des fables de La Fontaine qui se prêtent aux situations les plus drôles.
Beaucoup d’animaux, bien sûr: cigale, lièvre, tortue, rat. Sur fond musical, une suite de petites comédies ravissantes. »
Télérama

«Ces fables reprennent une nouvelle jeunesse devant les yeux écarquillés des jeunes enfants de trois à dix ans.»
Biba Magazine

«Les personnages sont ici traités d’une manière des plus modernes et des plus attrayantes. Les situations sont quotidiennes et comiques, les personnages sont savoureux; les petites histoires imprègnent la mémoire des enfants.»
La Presse – Cherbourg

«Le graphisme a la simplicité et le charme d’un livre d’images des allures de comptines d’autrefois. Un travail sur les textes de La Fontaine irréprochable dans son esprit comme dans sa forme.»
Le Dauphiné Libéré

«Un spectacle charmeur, où l’œil est sans cesse sollicité, les personnages et les situations savoureuses, les décors peints et les surimpressions remarquables.»
Le Progrès

«En quelques phrases, les situations quotidiennes deviennent passionnantes, les personnages comiques et les histoires succulentes.»
La Presse de la Manche